AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vous avez dit accident ? [Liam & David]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Sam 30 Jan - 7:05

Il faisait frais, ce matin, quand David sortit de son appartement pour faire quelque courses. Il sentait sur ses joues le vent glacial qui caressait ses coupures. Le rasage, comme à chaque fois, ne l'avait pas épargné. Mais, comme à chaque fois, les micro coupure se résorbaient en moins d'une heure. David avait fini par ne plus y prêter attention. Ce matin sous la douche, il s'était rendu compte que la coupure qu'il s'était faite à la main hier soir en coupant des carottes avaient totalement disparue... Il n'y faisait plus gaffe.

Le supermarché ouvrait à peine et déjà quelques habitués, des retraités du quartier pour la plupart, étaient déjà aux portes avec leurs paniers. David salua Mrs Anderson, son ancienne professeur de mathématique qui vivait à deux pas du Fat Cat Bar, son pub. Tournant dans les rayons à la recherche de vinaigre, il se dit que sa mère l'aurait massacré s'il elle avait su comment il se nourrissait. Mrs Pennimann était une cuisinière de talent, reconnue dans tout le Pays de Galles et même en Europe puisqu'elle avait fait ses classes au Meurice à Paris, puis Langham à Londres. Depuis elle écrivait des bouquins de recettes de cuisine, très prisés, et était une adepte de "la Bonne Bouffe", allant dans des écoles pour faire les repas à titre volontaire.

Autant dire que pour elle, manger un hamburger revenait à commettre un crime contre le bon goût. Aussi fut ce avec une légère culpabilité que David se saisit de cette salade en sachet et viande sous cellophane.

Il régla ses achats, et sortit, non sans croiser le Père Gerundel, qui lui fit promettre de lire un passage de l'homélie à la messe dimanche prochain. David accepta sans broncher, c'était des choses qu'il acceptait volontier, depuis qu'il avait quitté le séminaire Saint Andrews. Peut être par culpabilité, et non pas par plaisir...

La culpabilité, était ce donc la seule chose qui régentait son existence ?

Une poche de course dans la main, et une cigarette dans l'autre, il s'apprêta à repartir vers Charles Street quand il entendit un crissement de pneu.

A peine eut il le temps de voir un 4x4 surgir devant lui avant de sentir ses os se compresser, ses rotules se détacher, et ses doigts, un à un, partir en lambeaux dans les bris de verre.

A côté de lui, une bouteille de lait se vidait lentement. David de toute manière, n'y voyait quasiment rien, sa respiration étant devenue brûlante et ses yeux, étrangement, remplis d'une fine poussière dorées, virevoltante et fluide.


Ho c'est pas vrai, articula t il dans un râle de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Liam E. Hill
{ Humain }

Messages : 460
Date d'inscription : 30/12/2009
Age du personnage : 31 ans
Localisation : Cardiff, Rockwood Hospital (pour changer.)
Points de rp : 135

MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Sam 30 Jan - 22:38

« AAAAAAAARTZIN ! »

Liam haussa un sourcil. Aussitôt une boule de nerf blonde suivit d’un nuage fumée allemand plongèrent sur lui.

« Kristin voulait te voir après son examen. Je te garanti de source sûre, c'est-à-dire moi, que la dame n’a pas abusé de chocolat ce mois-çi. »

Kristin souriait à pleine dent en inclinant gentiment la tête. Erwin, lui, continuait de tirer sur sa cigarette comme si de rien était.

« Erwin … éteint ça vite. On ne voit que toi. »

« La question est, comment on pourrait me rater ? » répliqua son ami avec un sourire satisfait. « Au fait, on t’attends aux urgences. »

Liam ouvrit en grand la bouche et cria :

« Pourquoi ? Pourquoi ? Je suis médecin généraliste, pas urgentiste ! Qu’est ce que tu veux que je foute dans ce bordel qui ose s’appeler les urgences de Cardiff, hm ? Et puis il n’y a pas que moi comme médecin aux urgences, je ne comprend pas … »

Erwin éteignit méthodiquement sa cigarette et pris son ami par les épaules.

« Si tu me laissais finir Artzin ? Un de tes internes a fait une connerie, c’est à toi de réparer … »

A peine Erwin avait-il fini que Liam courait déjà vers l’ascenseur. Qui avait fait une connerie ? John Morgan ? Peut-être était-ce Célie … Ca lui ressemblait bien. Surtout la partie ‘’je ne vais rien dire et cela vas passer tout seul.’’ Rien ne passe tout seul dans un hôpital. Une négligence, c’est un homme qui meurt. Il dirait ça à Erwin. Ca ferait bien flipper ses internes. Certes, Liam n’aimait pas s’occuper des internes d’où les fréquentes interventions de son amis. Cependant, les tuiles restaient pour ce bon docteur Hill. Une fois en bas, il courut vers Célie qui les yeux grands ouverts, presque larmoyantes désigna l’homme allongé. Blond, longiligne, pas vraiment amoché à vrai dire.

« Et bien, quoi ? Célie qu’est ce qui se passe on m’a dit qu’il y avait un problème avec monsieur … »

Il arracha des mains de Célie la plaquette qu’elle tenait. Il fronça les sourcils. Accident de la route. Il y avait des blessures multiples. Il jeta un coup d’œil à monsieur … Pennimann. Ouais. Pas si amoché que ça.

« Alors, Célie. Le problème ? »

Il avait adouci sa voix sentant son interne terrorisée. Etrange. Célie n’était pas ce genre d’interne. Elle n’avait même pas vomi lors de la visite à la morgue devant un cadavre prenant le frais. Elle se contenta de hocher la tête en montrant du doigt le bras du patient. Liam souffla et suivit son regard. Son cœur rata un battement. Il y avait une blessure avant. Rien du tout, une toute petite coupure. Mais à peine avait-il détourné la tête qu’il n’y avait plus rien. Il lâcha la tablette et tata le bras du patient. Non vraiment il n’y avait plus rien. Il sentit tout son corps se refroidir d’un seul coup suivit d’une bouffée de chaleur.

« Tu peux y aller Célie, je m’occupe de lui. »

Elle partit en courant. Liam attrapa une chaise et s’installa à côté du lit de son nouveau patient. Il mit sa tête entre ses mains et plissa les yeux.

« Monsieur Pennimann ? Vous m’entendez ? J’ai quelques questions à vous poser sur … votre accident. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Lun 1 Fév - 5:22

Quand il avait réouvert les yeux, il y avait cette fille, qui l'observait comme s'il était le Mal incarné. Un mal de tête vint vriller son cerveau, l'image devint toute floue. Il rouvrit les yeux, cela eut pour effet de la faire reculer. Quelques secondes passèrent, puis ce fut son bras qui lui fit mal... Là, David poussa un cri, de nouveau le flou, et les petites étoiles à l'arrière du crâne. Ses doigts étaient soudainement douloureux, comme si on lui avait arraché les ongles. D'ailleurs, ça le grattait. Il leva sa main gauche, pour vérifier si elle n'était pas couverte de plaque, et étouffa un hurlement. Ses ongles repoussaient bordel ! Ils repoussaient tout seuls ! Vite, pas très vite, mais l'évolution était claire ! En quelques minutes sa main, complétement rouge, comme sans peau, était tâchée de rose pâle, et il s'étonnait de sentir une démangeaison !

C'est rien, bégaya t il conscient que son corps se reformait tout seul. Ce n'est rien pas de panique...

Mais la fille s'en foutait, elle était hypnotisée par ce qu'elle voyait. Alors David, comme pour la protéger, et pour se protéger lui même de ce viol visuel, cacha sa main sous le drap.
Mais elle se mit à fixer son visage, et il comprit qu'il avait dû être sérieusement amoché, pour qu'elle le regarde ainsi... Il y eut un craquement dans sa bouche, et une dent tomba remplacée par une autre. La douleur fut assez ignoble, mais quelques instants après il passa sa langue, sa dent s'était reformée. Le gout de sang dans sa bouche s'estompa peu à peu...

Qu'allait il pouvoir dire ? Quelle excuse inventer ? Et surtout, comment lui, David James Pennimann, presque diplômé du Séminaire Saint Andrews, allait il pouvoir mentir sans se sentir coupable. Il formula une rapide prière, mais le Seigneur, sur le coup, avait décidé de le laisser se débrouiller tout seul...

Et entra un médecin. Il semblait jeune, ce qui ne rassura pas David. C'était étrange, il préférait faire confiance à un vieillard croulant qu'à un jeune homme en bonne santé. Il interrogea la jeune fille, peut être un peu rudement, puis son ton s'adoucit. La tête calée dans un oreiller, David ne pensait qu'à une chose, s'enfuir d'ici, ne pas se faire remarquer, et passer quelques jours dans le Nord du Pays de Galle chez sa Grand Mère.

Les tartes, elles au moins, ne le jugeraient pas.

Mais le médecin, hélas, avait remarqué. Il avait vu sur son bras une blessure disparaître. Cette histoire, apparemment, ne faisait que commencer, et quelles que soient les Lois du Seigneur, David allait être obligé de les enfreindre pour se sortir de ce mauvais pas... La jeune femme s'enfuit en courant, tandis que le médecin s'installait sur une chaise, près du lit.


« Monsieur Pennimann ? Vous m’entendez ? J’ai quelques questions à vous poser sur … votre accident. »


David prit un air détaché, et regarda le jeune médecin.

Mon accident ? Oh, rien de grave. J'ai glissé sur la chaussé et j'ai - hélas - percuté une voiture. Elle ne roulait pas vite, rassurez vous.


David repensa au 4x4 fonçant droit sur lui à toute vitesse. Il se dit que mentir était la seule solution s'il voulait s'en sortir. Même si le mensonge était un peu gros...

Une clio... foutues voitures française, dit il d'un air amusé, mais terriblement gêné à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Liam E. Hill
{ Humain }

Messages : 460
Date d'inscription : 30/12/2009
Age du personnage : 31 ans
Localisation : Cardiff, Rockwood Hospital (pour changer.)
Points de rp : 135

MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Ven 5 Fév - 19:12

Tout allait bien. Oui, tout allait parfaitement bien. Liam discutait calmement avec un patient tout à fait normal. A la rigueur, le médecin était un peu fatigué puisqu’il avait vu une plaie se refermer toute seule. Il jeta encore une fois un regard torve sur l’endroit de sa peau désormais lisse et loucha pour se reprendre et se redresser la seconde suivante.

« Mon accident ? Oh, rien de grave. J'ai glissé sur la chaussé et j'ai - hélas - percuté une voiture. Elle ne roulait pas vite, rassurez vous. »

Liam haussa un sourcil et plissa un sourire forcé. Sans gravité, hein. C’te blague. Il attrapa le dossier le feuilleta. Ou ce n’était pas le bon dossier ou son patient mentait très très bien grâce à son super pouvoir de « j’me guéris tout seul. » Cette plaisanterie n’ayant pour seul destinataire que lui-même ne franchit pas les lèvres du médecin mais bizarrement elle ne fit pas beaucoup rire. Une fois de plus il loucha sur l’absence de plaie et son sourire se mua en grimace complexe. Entre la plus pure surprise et le franc dégout. Quant il reporta son attention sur son patient qui continuait à déblatérer ses mensonges, il avait toujours la même expression.

« Une clio... foutues voitures française, dit il d'un air amusé, mais terriblement gêné à la fois. »

« Certainement. Je n’en ai aucune idée à vrai dire. Je n’ai pas … de voiture … française … »

Rien à faire il était trop obnubilé par ce phénomène impossible. Il n’arrivait tout simplement pas à laisser ça de côté. Impossible. Inconcevable. Plus le temps avançait et plus son patient se rétablissait vite. Liam aurait voulu pouvoir l’examiner, le … enfin, comprendre. Mais il ne voyait aucune raison administrative de le garder ici. Liam se mordilla la lèvre. Non, rien à faire, il ne laisserait pas un cas aussi exceptionnel lui échapper.

« Mr. Pennimann, vous semblez à aller étonnamment bien et … à vrai dire, votre état ne correspond pas du tout à celui décrit dans votre dossier. Je ne crois pas à la thèse de l’inversion non plus … Avez-vous une explication ? »

Il conclu par un petit sourire diplomatique. Il songea un instant à demander à l’urgentiste qui avait rédigé ce rapport mai il était probablement encore dehors et ne reviendrait pas avant la nuit et à ce moment-là, son patient sera déjà loin surtout si il avait un minimum de jugeote.

« Je me demandais aussi … Avez-vous une idée de ce qui a pu autant effrayer mon interne ? Je ne l’ai jamais vu comme ça. Alors oui d’accord peut être que je ne suis pas aussi présent que je le devrais pendant les visites tout ça … bon. Mais sérieusement, vous pourriez être … un cas très intéressant. »

Un cas intéressant. Un chercheur n’aurait pas mieux dit à une sourie mutante.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Sam 6 Fév - 23:41

« Mr. Pennimann, vous semblez à aller étonnamment bien et … à vrai dire, votre état ne correspond pas du tout à celui décrit dans votre dossier. Je ne crois pas à la thèse de l’inversion non plus … Avez-vous une explication ? »

Mentir, la seule échappatoire, et nier. Nier comme si sa survie en dépendant. Il savait que la vie qu'il avait choisit n'était pas facile, peut être même s'agissait il d'une pénitence, peut être craignait il d'être coupable de la mort de Marcus, même s'il n'était pas responsable... Accepter le choix des autres, et renier ses propres convictions, n'était ce pas ce qui faisait l'homme, avec un grand "H", cette capacité à refouler ses désir pour favoriser ses besoins, comme l'amour que l'on portait à l'Autre. Mais il n'était pas question, ici, d'Amour envers l'Autre, les majuscules en ce cas là, n'avaient aucun sens, sinon celui de donner un caractère plus dramatique à une situation déjà bien mal aisée.

Le docteur en face de lui semblait de plus en plus perplexe, sinon intrigué, voir même... intéressé par son cas. C'était là sa plus grande crainte. Avait il imagina qu'il pourrait finir sur une table de laboratoire, décortiqué, analysé, comme si l'Homme au final n'était plus qu'une sorte de matière à explorer, une matière à disséquer, comme l'on produisait du vin avec du raison, ou des tartes aux pommes avec... des pommes.


Une explication, dit il un peu ennuyé de devoir répondre à cela. Je suppose que vous n'êtes pas homme à croire qu'il puisse s'agir d'une intervention divine. Je dirais plus que vous êtes homme à croire que vos systèmes informatique sont infaillibles. Logiquement, si mon dossier dis que je suis blessé et que je ne le suis pas, c'est qu'il y a une erreur. Certainement une erreur informatique...


Mais l'homme poursuivait...

« Je me demandais aussi … Avez-vous une idée de ce qui a pu autant effrayer mon interne ? Je ne l’ai jamais vu comme ça. Alors oui d’accord peut être que je ne suis pas aussi présent que je le devrais pendant les visites tout ça … bon. Mais sérieusement, vous pourriez être … un cas très intéressant. »

Le mot était lâché. "Intéressant" il était intéressant. Qu'elle autre solution avait il que celle de s'enfuir, que pouvait il faire d'autre ? Un homme, après tout, n'avait pas à faire cela, en tant qu'homme il devait affronter ses doutes, ses faiblesses et ses responsabilités. David, sans aucun doute, n'en était pas capable. Il dit d'un ton calme et déterminé :


Votre interne est jeune, elle découvre le monde, comme d'autres l'ont découverts : c'est à dire surprenant. Je ne suis pas blessé, j'ai juste chuté, a cause d'un ivrogne je pense, qui doit s'en mordre les doigts. Maintenant docteur, je souhaiterais signer une décharge. Je n'ai pus rien à faire ici.

Et dans sa tête il suppliait "Je ne veux pas être une souris de laboratoire ! "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Liam E. Hill
{ Humain }

Messages : 460
Date d'inscription : 30/12/2009
Age du personnage : 31 ans
Localisation : Cardiff, Rockwood Hospital (pour changer.)
Points de rp : 135

MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Sam 13 Fév - 18:44

« Une explication, dit il un peu ennuyé de devoir répondre à cela. Je suppose que vous n'êtes pas homme à croire qu'il puisse s'agir d'une intervention divine. Je dirais plus que vous êtes homme à croire que vos systèmes informatique sont infaillibles. Logiquement, si mon dossier dit que je suis blessé et que je ne le suis pas, c'est qu'il y a une erreur. Certainement une erreur informatique... »

Liam contempla son patient de la même façon que s’il s’était mis à jouer du banjo sur un vélo à une roue en gobant des fraises. C'est-à-dire avec fatigue.

« Vous m’avez cerné ! Mais non, je ne crois pas à l’infaillibilité des machines. Je crois même que le propre d’une machine est de planter. Cependant j’ai foi en la charmante stagiaire qui l’a tapé. Et si Juliet dit que vous vous êtes fait ratatiner par une bagnole je la crois. Elle m’aurait dit qu’une fusée vous était tombé sur le coin de la gueule … »

Liam se tut. Il avait comprit l’idée.

« Votre interne est jeune, elle découvre le monde, comme d'autres l'ont découverts : c'est à dire surprenant. Je ne suis pas blessé, j'ai juste chuté, a cause d'un ivrogne je pense, qui doit s'en mordre les doigts. »

Il aurait pu mentir en racontant que son interne avait fait la guerre de Corée dans le simple but de contredire la thèse de son patient mais il y avait sans aucun doute un problème temporel. Il inclina la tête d’un air entendu et haussa les épaules.

« Maintenant docteur, je souhaiterais signer une décharge. Je n'ai pus rien à faire ici. »

Le sourire de Liam partit d’un seul coup et ses trais se durcirent. Qu’un patient ne suive pas ses conseils, soit. Cela lui sortait également par les yeux mais, finalement, il en avait l’habitude. Mais là, c’était un cas intéressant. Un cas même carrément rare, incompréhensible … Bizarrement Liam ne dit rien. Il ne trouvait rien à ajouter. Il avait pensé quoi ? Garder ce patient indéfiniment ? Ouais. Carrément. Et découvrir son truc. Une avancée incroyable, ce patient était … le début de quelque chose. Mais s’il le laissait partir. Liam songea un instant à lui péter un bras pour le garder. Et voir si il se … guérissait tout seul.

« Vous êtes sûr ? »

Comment ça ‘vous êtes sûr ?’ Depuis quand Liam demandait au patient ce qu’il préférait ? Le médecin savait ce qui était bon pour le patient et ce dernier n’avait rien à y redire. Mais Liam se sentait tellement ébranlé par ce qu’il avait vu et par le calme apparent de Mr. Pennimann.

« Je pense que nous devrions vous gardez en observation pendant encore au moins vingt-quatre heures. Vous avez fait un choc violent malgré le fait que votre corps n’en garde pas beaucoup de séquelles, étrangement. Bref. Avez-vous pensez aux conséquences psychologiques ? »

Liam se mit mentalement une baffe. Pour qu’il en vienne à ce genre de recourt, il fallait vraiment vouloir désespérément garder quelqu’un. Il consulta rapidement sa montre. Sophie devait encore être là.

« Je peux demander à notre psychologue de venir vous parler … »

Il étira son sourire autant qu’il pu mais il sonnait affreusement faux. Il ressemblait plutôt à un mammifère de type carnivore salivant devant sa proie. Liam cligna des yeux et chassa cette image de sa tête. Il n’aimait pas trop son rôle dans cette métaphore.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Mar 16 Fév - 12:07

« Vous êtes sûr ? »

David écarquilla les yeux. Sa capacité à tout remettre en cause en prenait pour son grade. Alors, en était il sûr ? L'idée d'être disséqué et de se reconstituer tout seul, à la vue de toutes sortes de mégalos avec quelques années de médecine dans le dos ne lui semblait pas réellement réjouissante.

Ma foi, bougonna t il, j'en suis parfaitement sûr, oui.

Nouvelle tactique du méchant docteur ? Hélas oui...

" Je pense que nous devrions vous gardez en observation pendant encore au moins vingt-quatre heures. Vous avez fait un choc violent malgré le fait que votre corps n’en garde pas beaucoup de séquelles, étrangement. Bref. Avez-vous pensez aux conséquences psychologiques ? Je peux demander à notre psychologue de venir vous parler … "


S'en était trop. David se leva de son lit, arracha dans un soupir de douleur tout ces trucs d'électrocardiogramme, et les jeta sur le côté. Il se leva, se rendis compte qu'il avait froid dans le bas du dos, et paniqua à l'idée qu'une femme l'ait vu en sous vêtements...

Je n'ai aucunement besoin de voir un médecin, une infirmière ou même une psy. Les conséquences psychologiques, c'est à moi de m'en charger.

Il enfila prestement son pantalon et mit sa chemise, tâchée de sang, déchirée, déchiquetée, ravagée comme si elle était passée dans une machine à laver avec des lames de rasoir. Bref, la chemise de l'accidenté banal, celui qui dit qu'il a juste été renversé par une clio alors qu'il s'est pris un gros 4x4 en pleine tronche... Le menteur parfait. David vit que l'homme le regardait, détaillant la chemise. Sous ce regard quasi inquisiteur, David enfila sa veste, tout aussi déchiquetée par les ciseaux des urgentistes.

Encore sanguinolente.

Je connais mes droit, Docteur, je sais que j'ai le droit de quitter cet hôpital et croyez moi, même la Reine ne pourrait m'en empêcher...


Il enfila sa chaussure droite, il n'avait pas de chaussette à ce pied et se rappela qu'elle avait été brûlée par l'essence enflammée qui lui était tombée dessus... Bref, il ne devait pas rester plus longtemps.

Son épaule lui faisait cependant encore mal, comme sa tête, comme ses muscles endoloris. Il tituba un instant, sous l'effet des medocs certainement et s'avança vers la porte quand il vit une goutte de sang perler sur son front, et tomber, nonchalamment sur le sol. Il l'observa devenir de plus en plus floue, comme si elle s'éloignait.

Puis, dans un même mouvement il tenta de se rattraper à son lit, mais s'écroula sur le sol, tandis que le docteur - était ce la curiosité dans ses yeux ?! - se penchait pour l'aider.

David, qui n'était pas un pro en médecine, mais qui avait aidé dans un hospice en Afrique, comprit alors que tout le sang qu'il avait perdu n'avait pas encore eut le temps de se régénérer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Liam E. Hill
{ Humain }

Messages : 460
Date d'inscription : 30/12/2009
Age du personnage : 31 ans
Localisation : Cardiff, Rockwood Hospital (pour changer.)
Points de rp : 135

MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   Ven 19 Mar - 23:47

Ma foi, bougonna t il, j'en suis parfaitement sûr, oui. 

Non, non, non il ne l'est pas ! Liam commençait par perdre patience. Non seulement son patient était un menteur mais en plus il était une bizarrerie physiologique. Alors, encore une fois non, il ne pouvais pas le laisser partir. Mais les fait était là. Il pétait littéralement la forme. Aucune tracs de sang sur son corps. Liam se mordit la lèvre. Les lits manquaient toujours et on n'hésiterait pas à balancer son « cas » par la porte en lui hurlant dessus. Il y a avait de « vrais » malades. Et Pennimann serait trop content d'acquiescer.

Je n'ai aucunement besoin de voir un médecin, une infirmière ou même une psy. Les conséquences psychologiques, c'est à moi de m'en charger. 

Péter la forme n'était pas un assez grand mots. Il ... bref. Un instant, un fugitif instant, Liam songea à faire du mal à son patient. Mais ce ne fut qu'une brève image de hache et de sangles. De menottes aussi. Mais il était trop tard. Durant sa rêverie, son patient avait déjà enfilé sa « chemise ».

« On peut vous en fournir une vous savez ... » lança Liam d'un air détaché. Il haussa un sourcil. Comment pouvait-il envisagé sortir comme ça ? La chemise était pleine d'un sang poisseux. Il secoua la tête. Ces fringues n'auraient même pas du se trouver ici.

Je connais mes droit, Docteur, je sais que j'ai le droit de quitter cet hôpital et croyez moi, même la Reine ne pourrait m'en empêcher...

Des droits ? Depuis quand le patient avait-il des droits ? Non sans rire, il pouvait bousculer la Reine mais qu'il essaie de fuir le Docteur Liam Ethan Hill. Qu'il parte. Il avait d'(autre ressource et beaucoup de temps libre. Il sourire se dessina lentement sur le visage de Liam désormais appuyé contre un mur les bras croisés.

« Vous avez parfaitement raison. Partez. »

Pennimann enfila ce qui lui restait de vêtement et s'approcha de la porte. Il tituba. Le lit esquissa une chute. Avant que Liam ait pu comprendre ce qui se passait, son patient était au sol. Liam bondit et se précipita vers lui. Il l'observa rapidement lui examinant les pupilles. Conscient.

« Infirmières ! »

Liam parlait souvent bas. Cependant, quand il se mettait à hurler on savait directement que c'était urgent non pas comme avec Erwin qui gueulait dès qu'il n'y avait plus de café.

« Il est conscient. Relevez le. »

On le replaça comme on put dans son lit. Liam se pencha vers son patient qui allait avoir droit à une chambre plus grande.

« Vous n'avez qu'un seul droit M. Pennimann. Celui de m'écouter. »

[Pardonne moi pour ce retard impardonnable ...]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Vous avez dit accident ? [Liam & David]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous avez dit accident ? [Liam & David]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CrossRoads :: Rookwood Hospital-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit