AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et hop, gravier... ! [Fe Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rose Tyler

Rose Tyler
{ Humaine }

Messages : 27
Date d'inscription : 18/08/2010
Age du personnage : 21 ans.
Localisation : Londres.
Points de rp : 22

MessageSujet: Et hop, gravier... ! [Fe Liam]   Jeu 26 Aoû - 23:23

    Bip. Bip. Bip. Rose ouvrit péniblement les yeux et appuya si fort sur le bouton de son réveil qu’elle faillit le fracasser en deux. Au passage elle se fit mal à la main et commença à jurer toute seule dans sa chambre. A travers la paroi elle pouvait même entendre sa mère ronfler dans la chambre d’à côté, pour dire à quel point de un, les parois étaient merdiques, et deux, sa mère ronflait fort. Après cinq minutes passées dans son armoire – non, non, pas devant, mais bien dedans, parce que pour s’y retrouver parmi sa marre de vêtement, il fallait entrer dans la penderie en entier – elle finit par trouver la « tenue idéale », autrement dit deux trucs propres qui trainaient au fin fond de l’armoire. Un simple jean et un t-shirt des Beatles. Cinq minutes pour trouver ça… Enfin elle prit ses vêtements et se dirigea vers la salle de bains. Après une douche rapide elle s’habilla et se coiffa en quatrième vitesse avant de débarquer dans la cuisine. Elle se prépara un bol de céréales et un verre de jus d’orange, que comme tous les matins, elle n’aurait le temps de boire qu’à moitié. Elle prit le tout, faisant attention de ne pas trébucher sur la tonne de magazines, l’aspirateur, le sèche-cheveux et les sacs plastiques qui étaient autant d’obstacle entre elle et la terre promise. Dans ce cas là la table du salon.

    Elle posa le tout dessus et commença à manger lentement ses céréales, quand enfin elle leva le nez pour regarder l’heure, elle se rendit compte qu’elle devrait être partie depuis déjà un bon quart d’heure. Elle faillit hurler mais se contenta à la place de renverser son jus d’orange d’un grand coup de bras maladroit.

    « Oh, sh*t… ! » Elle attrapa rapidement des serviettes et une éponge pour enlever les dégâts et se précipité en dehors, prenant à peine le temps d’attraper son sac au passage. Elle se précipita dans les escaliers et courut presque jusqu’à la station de métro la plus prochaine. Finalement, ce fut hors d’haleine qu’elle réussit à avoir sa rame et arriva au travail avec seulement… Dix minutes de retard. Par chance sa patronne était elle aussi en retard, visiblement les accidents de métros étaient du côté de Rose et elle put prendre son poste avec un peu de retard sans être vue. Tandis qu’elle était entrain de se féliciter de sa chance tout bonnement prodigieuse une collègue vint la voir et lui fit plus ou moins du chantage pour qu’elle aille ranger la réserve aujourd’hui. Rose, n’ayant pas spécialement le choix vu comment sa patronne l’adoooorait déjà, obéit en grognant. Quand elle remonta après avoir plus foutu le boxon qu’autre chose, la matinée était déjà bien avancée et il était même presque l’heure du déjeuner. Elle avait passé tellement d’heures dans le noir que la lumière du soleil l’éblouit légèrement. Elle remarqua juste la collègue de tout à l’heure partir en pause déjeuner en pouffant bien fort à travers le magasin. Rose lui tira la langue, mourant d’envie de lui botter les fesses. Enfin elle commença à arpenter les rayons, à la recherche d’un client perdu ou tout simplement de quelque chose à faire.

    Ce fut à ce moment là qu’elle entendit un gros « boum » à quelques rayons de là où elle se tenait. Elle haussa les épaules et ferma les yeux, réflexe idiot qu’on a généralement quand on veut essayer d’éviter d’entendre un bruit. Elle soupira et rigola en même temps, se demandant quel idiot pouvait bien avoir provoqué autant de bruit. Elle suivit son ouïe et finit par arriver sur les lieux du crime. Un jeune homme, un client de toute évidence, avait réussit à renverser quasiment toute une rangée de vêtements et il paraissait à présent tellement confus que c’en était presque risible. Rose s’agenouilla à côté de lui et commença à l’aider à ramasser tous les vêtements.

    « Laissez-moi vous aider. Vous savez, ça ne fait pas longtemps que je travaille ici, mais je pense bien que vous êtes un cas unique dans les anales. » Elle commença à rire toute seule, un sourire malicieux illuminant son visage tandis qu’elle se relevait pour essayer de remettre le portoir en place.

    « Alors, comment vous avez fait votre compte ? Vous l’avez fait exprès, hein, avouez ! » Elle lui lança un petit sourire en coin, constatant qu’en plus de ça le jeune homme était grand et maigre et avait donc quasiment du se balancer à pleine vitesse sur le portoir pour réussir à le faire tomber. Elle secoua la tête d’un air de désapprobation amusé avant de s’agenouiller à nouveau pour continuer sa tâche.

    (Désolée le titre c'est un délire perso' XD J'espère que le reste ira au moins Embarassed)
Revenir en haut Aller en bas
Liam E. Hill

Liam E. Hill
{ Humain }

Messages : 460
Date d'inscription : 30/12/2009
Age du personnage : 31 ans
Localisation : Cardiff, Rockwood Hospital (pour changer.)
Points de rp : 135

MessageSujet: Re: Et hop, gravier... ! [Fe Liam]   Ven 27 Aoû - 14:47

Là, ses parents exagéraient. Déjà Liam faisait l'effort surhumain de redescendre à Londres les voir -ce n'était pas ses parents qu'il n'aimait pas, c'était la ville, sa banlieue, sa maison sentant le moisi et les blattes – et en plus il lui fallait acheter des fringues ? Il entendait encore la voix de sa mère lui jeter : 'c'est la dernière fois que tu viens ici avec cette foutue blouse d'hôpital ! Sérieusement ! T'as que ça à foutre ? T'as pas de vie ?' Et lui serrer les dents pour ne pas répondre non. En substance, après quinze minutes d'engueulade, il avait battu en retraite et était parti acheter une chemise neuve, du crumble et des fleurs pour sa mère. Il poussa la porte du magasin sans conviction, l'avoir tout le poids du monde sur les épaules. Il soupira. Personne en vue. Super. Non pas qu'il aimait voir du monde, mais là il avait vraiment besoin d'aide. Quelqu'un qui aurait pu lui éviter de tourner en rond comme un alien perdu sur terre. Si il avait été un alien échoué sur terre, il n'aurait certainement pas attendu pour se tirer une balle.

C'est vrai qu'il n'aurait peut être pas dû arriver comme ça chez ses parents. Mais il était pressé, fatigué (il sortait d'une énième nuit de garde) et non il n'était pas passé chez lui pour se changer, il n'y avait même pas penser en fait. Il avait trop l'habitude de porter cette seconde peau qui lui donnait toue sa consistance et qui le justifiait. Il avait oublier la sacro-sainte peur panique qu'avait sa mère des hôpitaux depuis son accident. Il s demandait maintenant si il n'avait pas choisi cette voie pour fuir dans un certain sens. Mais quand on lui demandait pourquoi il était médecin, il préférait raconter l'histoire du renard et du flingue de ses 16 ans. C'était moins pitoyable.

Il s'enfonça un peu plus dans les rayons et crut enfin trouver ce qu'il cherchait. Les mains derrière le dos, il pinçait les lèvres, ne sachant pas bien si il devait écouter sa tête et acheter cette chemise ou écouter son cœur et rentrer chez lui vite fait bien fait, C'était décider. D'ici l'année prochaine, ces parents déménageraient à Cardiff bon gré, mal gré. Il se retourna pour partir lorsque un pan de son manteau (oui, il avait laisser la blouse chez ses parents, sa mère l'ayant menacée de la brûler) s'accrocha à un cintre. Manquant de finir sur le sol les quatre fer en l'air il se rattrapa comme il pu au rayon de devant qui trembla. Il trembla tant est si bien que lorsque Liam se redressa en s'appuyant dessus, le rayon se renversa littéralement aux pieds du médecin. C'est à ce moment qu'une vendeuse le vit. Une jolie blondinette au visage moqueur. Liam pinça les lèvres tout en gardant son air catastrophé qui ne l'avait pas quitter depuis la chute.

« La prochaine fois, je dors dans la réserve » susurra-t-il pour lui-même. Il s'agenouilla pour essayer de redresser la barre tandis que la jeune femme venait l'aider.

« Laissez-moi vous aider. Vous savez, ça ne fait pas longtemps que je travaille ici, mais je pense bien que vous êtes un cas unique dans les anales. »

Il la regarda d'un air lassé. Il n'avait pas besoin de ça. Note ce n'était pas méchant comme réflexion, mais partagé entre la gène et la mauvaise humeur qui ne l'avait pas quitter depuis son départ de Cardiff, l'humour n'avait pas sa place. Aussi, il garda le silence. Quant à elle, elle se mit à rire tout en redressant le portoir. Tenant chacun un côté, Liam et la jeune femme réussirent enfin à faire tenir debout cette instrument diabolique. Si elle riait c'est que ce n'était pas si grave. Liam esquissa un sourire timide.

« Alors, comment vous avez fait votre compte ? Vous l’avez fait exprès, hein, avouez ! »

Liam s'agenouilla à nouveau pour aider la jeune fille à tout ramasser. Tandis qu'ils raccrochaient les chemises il s'éclaircit la gorge et répondit :

« Je suis vraiment, vraiment désolé ... - il avait une petite voix de garçon pris en faute – je suis très maladroit ... en fait, mon manteau s'est accroché et pour ne pas tombé, je me suis rattrapé à l'autre portoir ... C'était apparemment une erreur. Navré de vous causer tant de soucis. »

Il garda un temps le silence. Il comprenait bien l'humour de la jeune femme. Elle lui rappelait Kristin. Il sourit.

« Vous me rappelez quelqu'un ... Elle aurait eu exactement la même réaction. »

Peut être que sa journée n'allait pas si mal finir que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Rose Tyler

Rose Tyler
{ Humaine }

Messages : 27
Date d'inscription : 18/08/2010
Age du personnage : 21 ans.
Localisation : Londres.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Et hop, gravier... ! [Fe Liam]   Dim 29 Aoû - 19:38

    Rose était véritablement plus amusée qu'agacée par la maladresse du jeune client. Elle même, toujours très maladroite, comprenait exactement ce qu'il ressentait, sans compter que ça lui donnait quelque chose d'autre à faire que de se confectionner une banderole avec des trombones pour jouer au lasso avec après. Surtout qu'elle avait déjà essayé et c'était pas spécialement amusant. Elle s'agenouilla à nouveau pour continuer à ramasser tous les vêtements tombés et à les remettre en place gentiment. Vu la longueur de la rangée et le nombre de vêtements encore par terre, ils en avaient pour une bonne vingtaine de minutes à finir de tout ramasser. Ahlala, heureusement qu'elle était gentille quand même.

    Rose ne put retenir un petit éclat de rire quand le jeune homme recommença à se confondre en excuses pour avoir tout fait tomber. C'était bien la peine qu'elle lui précise que ce n'était pas grave. Au contraire même, ça l'arrangeait bien, et puis, il n'y avait pas mort d'homme quand même. La jeune blonde essaya d'imaginer la scène pour réussir à comprendre comment tout le rayon de vêtement avait bien pu se retrouver par terre, mais elle avait du mal à la visualiser. Elle avait juste comprit qu'il avait essayé de se rattraper à quelque chose et que c'était tout le rayon qui avait prit et qu'il avait entrainé dans sa chute. Elle recommença à pouffer doucement, lançant un petit sourire au jeune homme tout en continuant à ranger les vêtements.

    « Arrêtez de vous excuser, je vous assure que ce n'est rien. En plus ça m'arrange bien, c'était ça ou alors retourner aux caisses... » Elle jeta un léger coup d'oeil aux caisses où l'une de ses collègues, visiblement particulièrement sur les nerfs, geignait sans arrêt d'un ton tantôt agressif, tantôt juste plaignant. Tout ce que Rose détestait. Elle partagea un sourire complice avec le jeune homme avant de se relever pour ranger une robe qui s'était elle aussi retrouvée par terre. Elle sembla hésiter quelques secondes sur où la remettre, puis haussant les épaules, elle la remit au hasard, entre un manteau d'hiver et un maillot de bain. De toute façon c'était le rayon dont cette chipie de Mary s'occupait, ça lui ferait les pieds tiens ! Elle ne pouvait pas la voir. Tout en esquissant un sourire diabolique elle s'agenouilla à nouveau, continuant sa besogne.

    « Ah bon ? Et je devrais me sentir plutôt flattée ou au contraire pas du tout ? » Rose rit doucement à nouveau, espérant quand même que le jeune homme n'était pas entrain de la comparer à son arrière grande tante qui était tellement insupportable que les gens refusaient de s'asseoir à côté d'elle dans le bus. Enfin, le petit sourire qu'il affichait lui prouvait assez clairement que ce n'était pas le cas. Incapable de se départir de son propre sourire, elle se tourna à nouveau vers le jeune homme, se relevant en même temps.

    « Vous pouvez m'attraper la chemise bleue juste à côté de vous s'il-vous-plait ? » Elle attendit qu'il lui tende pour la ranger à côté des autres. C'était à peu près le seul endroit où elle était sur de ranger les bons vêtements, alors vu qu'elle était déjà constamment sur le point de se faire virer, si elle pouvait au moins faire quelque chose correctement, ce serait déjà ça de gagné... ! Elle soupira en y repensant avant de se tourner à nouveau vers le jeune homme qui continuait à ramasser les vêtements et à les remettre en place. Elle s'arrêta à côté de lui tandis qu'il était debout et lui tendit la main, sans aucune raison apparente. Rose avait toujours été impulsive et se posait rarement des questions quand elle parlait avec des gens.

    « Au fait je m'appelle Rose, enchantée. » Elle montra son petit badge qui prouvait qu'elle s'appelait bien comme ça, avec une moue exaspérée. Bon, certes, ce n'était pas dans l'habitude des vendeuses de vêtements de se présenter ainsi aux clients, mais en l'occurrence, Rose n'avait jamais été une vendeuse typique. Et puis, vu qu'ils allaient passer quelques vingt minutes ensemble, autant qu'ils connaissent leurs prénoms respectifs plutôt que de s'appeler « Mme la vendeuse » et « Monsieur qui avait tout renversé ».
Revenir en haut Aller en bas
Liam E. Hill

Liam E. Hill
{ Humain }

Messages : 460
Date d'inscription : 30/12/2009
Age du personnage : 31 ans
Localisation : Cardiff, Rockwood Hospital (pour changer.)
Points de rp : 135

MessageSujet: Re: Et hop, gravier... ! [Fe Liam]   Jeu 23 Sep - 11:57

« Arrêtez de vous excuser, je vous assure que ce n'est rien. En plus ça m'arrange bien, c'était ça ou alors retourner aux caisses... »

Liam haussa les sourcils en soufflant un « Dans ce cas là ... » pensif. Elle n'avait pas l'air de beaucoup s'amuser dans son métier de vendeuse de vêtement. Il est vrai, lui non plus ne s'amusait pas au sens propre dans son métier de médecin mais c'était quand même plus intéressant … Liam avait été vendeur, il savait de quoi il parlait. Il jeta avec elle un oeil sur une autre vendeuse, visiblement de mauvaise humeur et ils échangèrent un regard … Celui de la jeune femme en disait long sur ce qu'elle pensait de sa collègue. Cela aussi il pouvait comprendre. Il entretenait depuis des années la même haine pour le docteur Juan Esposito. Saleté d'argentin. Toujours blagueur, bronzé et séduisant. Plus grand que lui … Une plaie pour tous les médecins avec un tout petit complexe d'infériorité … Elle lui rappelait Kristin. C'était assez réconfortant que de savoir que même à Londres on pouvait rencontré des gens agréable. D'ailleurs, pour Liam (et seulement pour lui) son sale caractère venait exclusivement de ses jeunes années londoniennes.

« Ah bon ? Et je devrais me sentir plutôt flattée ou au contraire pas du tout ? » dit-elle en se relevant. Liam arrêta de sourire et se mit à réfléchir. Etait-ce flatteur ou pas d'être comparé à Kristin ? Elle était plutôt jolie, de petite taille mais très … pimpante, voilà le mot qu'utilisait Edwin. Amusante mais fatigante parfois … Il souffla d'un air pénétré. Finalement il dit :

« C'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup. »

Voyant le visage de la jeune femme, il se remit à sourire de ce même sourire gêné de petit enfant pris en flagrant délit de raclage de pot de confiture.

« Vous pouvez m'attraper la chemise bleue juste à côté de vous s'il-vous-plait ? »

Il la lui tendit et continua de ranger un peu au hasard le restes des chemises. Ils avaient encore pas mal de travail à vrai dire. Il l'entendit se rapprocher de lui et souffler. Quand il se tourna vers elle finissant d'accrocher son énième chemise, elle lui tendait la main et disait :

« Au fait je m'appelle Rose, enchantée. »

Liam considéra cette main tendue. Elle n'allait pas le mordre. Respire. Elle lui montra vaguement son badge attestant de son nom, le même genre à vrai dire qu'il avait à l'hôpital. Il pinça les lèvres, et tendit lentement la sienne et pressa celle de Rose. Elle avait les mains douces.

« J'ai le même genre de badge à l'hôpital » dit-il toujours absorbé dans sa réflexion. Il regagna terre et arrêta de fixer leurs mains serrés. C'était pire que ce qu'il croyait. Maintenant, le mot 'hôpital' venait même avant son nom.

« Moi, c'est doc … euh, Liam. Juste Liam, oui. »

C'était étrange. Il se présentait toujours comme docteur Hill. Jamais comme Liam. On savait que son prénom était Liam, parce que de temps à autre il l'intercalait entre son titre et son nom de famille. Mais Liam tout seul … Il se sentit soudain très démunit. Il se replongea dans les fringues et raccrocha trois chemises en même temps. Si Rose comptait sur lui pour démarrer la discussion, ils n'iraient pas loin. De ce qu'il avait pu voir jusque là, Rose était aussi spontanée que Liam était réservé.
Revenir en haut Aller en bas
Rose Tyler

Rose Tyler
{ Humaine }

Messages : 27
Date d'inscription : 18/08/2010
Age du personnage : 21 ans.
Localisation : Londres.
Points de rp : 22

MessageSujet: Re: Et hop, gravier... ! [Fe Liam]   Sam 9 Oct - 14:35

    Rose ne put s’empêcher de sourire, amusée, quand le jeune homme lui confirma qu’elle lui faisait penser à quelqu’un qu’il appréciait. C’était gentil, même si elle restait persuadée qu’il avait sortit ça sans même y réfléchir, sans arrière-pensée et surtout sans se rendre compte que les gens normaux auraient pu trouver ça bizarre. De ce côté-là, il était plutôt bien tombé, Rose n’était pas une personne ordinaire et elle se sentait beaucoup plus flattée qu’autre chose. Elle se prit à étudier un peu ses manières, son attitude et ses expressions et fut à nouveau amusée par ce qu’il dégageait de manière générale. Elle avait l’impression d’avoir un enfant d’une petite dizaine d’année coincé dans le corps d’un homme adulte grand et mince. Il avait l’air aussi mal à l’aise et gêné que s’il avait effectivement eut dix ans, c’était peut-être pour ça que cette image était venue à l’esprit de Rose.

    Elle continuait à ranger les chemises sans vraiment faire attention à ce qu’elle faisait – son travail avait toujours été assez mécanique quand elle n’était pas chargée de renseigner la clientèle ou tout autre chose ayant réellement besoin d’attention – quand elle se rendit compte qu’elle ne s’était même pas présentée. Elle était d’abord venue l’aider en tant que vendeuse, employée du magasin, mais comme d’habitude, elle n’avait pas pu résister à l’envie de parler et de faire connaissance et désormais, ça lui paraissait bizarre de ne pas s’être présentée. Elle lui tendit la main en souriant, se rendant compte que quasiment chaque geste qu’elle faisait rendait le jeune homme mal à l’aise, et attendit qu’il la lui serre en retour.

    « Oh vous êtes au docteur alors ? » Elle ne se rendit même pas compte sur le coup qu’il ne lui avait pas donné son nom en retour, comme la plupart des gens normaux l’auraient fait. En revanche, elle avait tout de suite fait la référence entre ce docteur là et son Doctor. Elle n’arrivait plus à aller à l’hôpital sans avoir un petit sourire amusé aux lèvres. « C’est drôle, mais vous aussi vous me faites penser à quelqu’un. » Elle soupira, amusée, en secouant légèrement la tête. Elle continuait à ranger les vêtements et commençait à s’occuper de toutes les robes qui avaient finit par terre. Ce qui était assez hallucinant, c’était que mis à part le titre de « Doctor », Liam & le Doctor ne semblaient pas avoir la moindre caractéristique en commun. Le jeune homme était constamment mal à l’aise, maladroit et semblait timide, alors que le Doctor était sans arrêt extravagant, incompréhensible et sur de lui.

    « Ah enchantée Liam ! » Finit-elle par dire quand il eut enfin réussit à lui dire son nom. Elle avait presque crut qu’il n’y arriverait jamais vu comment il était partit. Cette réflexion la fit sourire à nouveau tandis qu’elle s’arrêtait de ranger quelques secondes, posant ses mains sur ses hanches pour essayer de faire passer un peu son mal de dos. C’est qu’elle n’était plus toute jeune quand même… Ce fut ce moment là que choisit la patronne du magasin pour entrer et constater l’étendue des dégâts en voyant tous les vêtements encore par terre.

    « Oups… » Murmura Rose d’un air légèrement gênée avant de regarder la jeune femme s’approcher d’eux. De toute évidence, elle était loin d’être ravie, il fallait dire que Rose n’avait jamais été une employée modèle et que, comme par hasard, dés qu’il y avait une emmerde, elle y était mêlée. Mais pour une fois, ce n’était vraiment pas de sa faute… ! « Rose, comme d’habitude… Occupez-vous de ranger ce bazar, et au plus vite. » Déclara la responsable du magasin d’un ton désespéré avant de se tourner vers le jeune homme, un sourire tout commercial illuminant soudainement son visage. « Bonjour monsieur, vous cherchez quelque chose en particulier chez nous ? Je peux vous aider à trouver si vous le souhaitez… » Elle s’était rapprochée de lui et semblait sur le point de l’emporter avec elle pour lui faire faire le tour du magasin, sous le regard amusé de Rose. Mme Thorn, la fameuse patronne, jeta en revanche un regard lourd de reproche à la jeune vendeuse. Celle-ci se contenta de hausser les épaules, elle avait l’habitude.

    Elle recommença à ranger les vêtements d’un geste machinal, relevant de temps en temps les yeux pour voir si Liam avait accepté de se faire aider par la responsable du magasin, et si oui, s’il avait enfin trouvé son bonheur. Avec tout ça, c’était vrai que Rose ne l’avait pas franchement aidé, mais sur le coup ça lui avait parut tellement normal que Liam l’aide puisque c’était lui qui avait tout fait tomber… Elle avait juste momentanément oublié qu’elle, elle était payée pour s’occuper de ce genre de choses.

    « Oh putxin ! » Lâcha-t-elle plus fort qu’elle ne l’aurait du sans doute quand elle se rendit compte qu’ils avaient tous les deux rangés n’importe comment et qu’en plus de tout remettre sur le présentoir, Mme Thorn allait insister pour que Rose remette tout en ordre. Quelle vie de m… Elle passa la main dans ses cheveux d’un air désespéré en commençant à réaliser tout ce qu’elle avait à faire, elle en avait pour quelques heures là, c’était clair. Elle releva les yeux et vit les regards des clients et de ses collègues sur elle, elle se contenta de leur lancer un large sourire et replongea la tête dans les vêtements qu’elle continuait à ramasser. Elle n’allait pas tenir deux jours de plus dans ce magasin, c’était clair… Enfin, avec tout ça, elle avait quasiment oublié Liam. De toute façon, il y avait toutes les chances qu'il soit loin, entrain de suivre un véritable parcours du combattant avec Mme Thorn dans le magasin.
Revenir en haut Aller en bas
Liam E. Hill

Liam E. Hill
{ Humain }

Messages : 460
Date d'inscription : 30/12/2009
Age du personnage : 31 ans
Localisation : Cardiff, Rockwood Hospital (pour changer.)
Points de rp : 135

MessageSujet: Re: Et hop, gravier... ! [Fe Liam]   Sam 30 Oct - 16:05

« Oh vous êtes au docteur alors ? »

Liam sourit gentiment. C'était bien ça. Le gars chez qui on a rarement envie d'aller. De plus le dévouement de Liam envers ses patients avait ses effets pervers. Souvent, ils le trouvaient trop … intrusifs. Une espèce d'affreux long et sec monsieur-je-sais-tout. Lorsqu'il réussit enfin à cracher son nom il sentit l'atmosphère se détendre.

« Ah enchantée Liam ! » 

Il sourit encore une fois. Il aimait son ton calme et avenant, un peu décontracté. Pour tout dire, il avait vraiment envie de continuer à discuter avec elle … C'était même la première fois qu'il avait envie de discuter tout court avec quelqu'un. Il considérait la plupart de ses pairs comme des perroquets insupportables, plein de banalités et fiers de les dire, les londoniens en particuliers. L'explication se tenait peut être là. Rose, surement, n'était pas londonienne d'origine. C'était pratiquement impossible. Liam ne pouvait pas s'entendre avec une londonienne, comme il ne pouvait parler plus de dix minutes avec quelqu'un sans se mettre à parler boulot. Autant dire qu'à ce stade de la discussion, Liam était très perplexe. Tout ça parce que maman voulait qu'il achète une chemise. Liam prit un grande inspiration :

« Dîtes-moi, euh, vous, euh, venez de Londres ? Enfin, je veux dire, euh, vous y être née ? »

« Oups… »

Liam fronça les sourcils et recula d'un pas face à cette réponse. Oups ? Qu'est ce que cela pouvait bien vouloir dire ? Rose ne le regardait même plus. Il se renfrogna, presque vexé, les bras croisés. Il suivit son regard.

« Rose, comme d’habitude… Occupez-vous de ranger ce bazar, et au plus vite. »

Liam tiqua. Un rictus de colère vint déformer son visage si calme. Les lèvres légèrement tordu et les yeux plissés, il fusillait 'la patronne' du regard. Mais la cerise sur le gâteau fut quand elle se retourna vers lui et dit d'une voix mielleuse digne des plus grandes passes d'hypocrisie de Kristin :

« Bonjour monsieur, vous cherchez quelque chose en particulier chez nous ? Je peux vous aider à trouver si vous le souhaitez… »

Liam regarda avec horreur les large mains de cette femme se poser sur ses épaules et l'emmener loin de Rose. Il se raidit d'un coup au contact pesant et coercitif de la gérante (elle ne pouvait qu'être gérante pour parler comme ceci à Rose, et de plus c'était écrit sur son badge). Elle continua de lui parler et Liam ne savait plus comment se défaire de l'étreinte forcée dont il était la victime. Il avait vu le regard amusé de Rose et le regard désespéré de la gérante. Personne n'avait fait attention à son air paniqué. Il la dévisageait tandis qu'elle parlait, lui, sourd à toutes ses paroles, noyé sous le flot graisseux des accroches commerciales. Il était dans une bulle. Lorsque pour la énième fois elle le tira dans un rayon en lui disant que cela était par-fait pour un jeune homme mo-derne comme lui, il s'échappa brusquement de son emprise avec un air dément.

« Je crois qu'il y a un cafard en train de dévorer un rat derrière le mannequin. »

La patronne le regarda d'un air effaré et s'éloigna de lui, bafouillant.

Liam soupira. Le magasin était loin d'être calme mais il sentit comme une espèce d'harmonie mystique se créer autour de lui. Il avait fait fuir le monstre. Il chercha Rose des yeux. Elle était toujours là, à ranger semble-t-il, le désordre qu'il avait contribuer à faire. Droit comme un I, il n'osait pas revenir vers elle. Elle était en train de travailler, lui devait songer à rentrer … C'était idiot, pour une fois qu'il avait de fait envie de parler avec quelqu'un. Il restait là, à l'épier, même pas discrètement. Il ne s'était jamais sentit autant désarmé que ce jour là. Et idiot aussi. Ouais. Surtout idiot en fait.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et hop, gravier... ! [Fe Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et hop, gravier... ! [Fe Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CrossRoads :: Boutiques-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit